Quelques textes écrits aux ateliers...

     

 

Françoise, 13 octobre 2020

Merci Marie Hélène pour tout ce que nous avons découvert aujourd’hui dans ton atelier public : un nouveau vocabulaire (effeuiller un brin d’osier, le fendre, l’écorcer, entrelacer des torons, définir une perchette d’osier …), l’histoire de la vie d’une oseraie, des gestes pour sentir la souplesse d’un brin d’osier et en même temps sa résistance entre les mains avant d’aboutir à des objets très variés (nichoirs, cages, abats jours, paniers de tout genre…).

C’est une tradition qui se perpétue dans le village de Villaines-les-Rochers, un savoir-faire qui se transmet de génération en génération mais des touches nouvelles apparaissent toujours entre de nouvelles mains créatrices propres à surprendre les anciens. Pas le temps de s’ennuyer ici entre le travail de la vannerie proprement dit, les ateliers ouverts à des publics variés de tous âges, des plus petits aux plus grands, la réalisation de tableaux de peinture inspirés par l’osier et les matières végétales, de la peinture chinoise en petits formats à des tableaux grand format à l’acrylique et aussi l’aménagement d’un lieu d’accueil pour recevoir le public.

Difficile d’imaginer tout ce qui peut se tramer, se tisser avec des brins d’osier et un esprit fertile, entre la matière et l’humain. Il faut se glisser dans un atelier comme celui-ci pour voir, sentir et comprendre la transformation de l’osier, de l’oseraie à l’objet concret réalisé et tout le travail fourni. C’est un métier rare, un métier d’art textile, qu’il a fallu apprendre et qu’il faut aimer profondément pour pouvoir en faire partager la richesse.

'à une Villainoise', Villaines-les-Rochers
Atelier d'écriture du 13 octobre 2020

   

Michelle, 2020

Ce matin là, un écrin d’osier nous accueille en ce temps d’automne. Une lumière ouatée perce dans la campagne. Les champs d’osier se lovent au fond d’un vallon déjà coloré de feu. Brin d’osier prometteur, livré aux doigts puissants et délicats du vannier tu t’abandonnes à la créativité. Depuis la nuit des temps tu as servi l’homme dans son quotidien. Chaque hiver au coin du feu, chacun s’adonne au tressage. Des mains calleuses, des bras fourbis s’attaquent à façonner paniers de toutes sortes, grand van, cercles de tonneaux, cage, nasse. A la fois rustiques, utilitaires porteurs d’une beauté primordiale, les objets s’alignent. Le corps, les mains du paysan s’impriment dans la domestication de l’osier. Chaque brin pourrait raconter l’histoire de ces hommes forgés par la nature et la rudesse du temps.

Osier, tu peux t’offrir aux mains du poète, de l’artiste. De cette méditation sort l’imprévu, l’inattendu. L’oiseau sur sa branche, animaux au style épuré, objet contemporain, création primitive. Une connexion s’établit avec les peuples lointains. Même énergie sous des cultures différentes. Communauté des vanniers, vous transmettez un savoir faire, vous apprivoisez, transformez cet élément donné par la nature. Vous redonnez à l’homme sa place tout en lui donnant toute Liberté.

Atelier d'écriture, Villaines-les-Rochers, 2020
Ateliers M Hélène Métézeau, 50 rue de la Galandière 37190 Villaines les Rochers 06 21 73 09 40

 

 

 

Douce présence vivante
 
Parfums âcres et sûrs de l’automne
errant sur les oseraies
humides encore de pluie
 
L’osier attend docilement la main de l’humain
qui les assouplira
les courbera
pour façonner le berceau
la corbeille à pain
le panier à fruits
la hotte du vigneron
le fauteuil de l’aïeul
le nichoir pour les oiseaux de l’hiver
 
L’osier accompagne saisons et humains
dans leur humaine besogne
Dans ses brins noués il recueille
il rassemble et accueille
Il accompagne les divers moments de la vie
 
L’osier comme une présence
douce et chaude
vivante
vibrante du travail de la main
ferme mais aimante
 
L’osier
comme une douce présence vivante
 
Marie-Odile de Gisors
Villaines, octobre 2020
 

  

 

Exquise rêverie
Mon oseraie idéale
Poème végétal d’osier, de châtaignier,
de bardane et de genets mêlés,
pliés sous
l’ardeur de tes rêves de divine beauté,
frémissants au bord de la rivière de tes désirs cachés.
 Brindilles, lianes et ronces
sourdent de l’eau glacée, miroir limpide
où ton âme a plongé pour l’Eternité.
 
Catherine
Villaines les Rochers, octobre 2020